Systeme solaire
Project 3

GALILEE

Approfondir avec Wikipédia

Mathématicien, physicien et astronome italien (Pise 1564 - Arcetri, Florence, 1642)

 

Il apparaît comme le fondateur de la physique moderne (en particulier de la mécanique rationnelle et de l'astrophysique).

La vie de Galilée

Fils d'un musicien de Pise, Vincenzo Galilei, il fait ses premières études au monastère de Vallombrosa, près de Florence, puis entre à l'université de Pise (1581) ; il y entreprend l'étude du pendule et commence à étudier les mathématiques (vers 1584). Galilée retourne bientôt à Florence, où il publie un essai sur la balance hydrostatique, en 1586, et un traité sur le centre de gravité des solides en 1589, qui lui permet d'obtenir un poste à l'université de Pise ; en 1591, il entreprend ses recherches sur le mouvement des corps. En 1592, il part pour Padoue, où il est nommé professeur de mathématiques ; il y reste dix-huit ans et y accomplit l'essentiel de ses travaux sur la mécanique. En 1609, Galilée apprend l'existence de la lunette d'approche (à laquelle il attachera son nom) et en fait fabriquer plusieurs modèles pour observer le ciel, ce qui lui permettra de nombreuses découvertes. Dès lors, il se consacrera à l'astronomie et à la défense des idées coperniciennes, ce qui lui vaudra d'être violemment attaqué par l'Église romaine. En 1611, il effectue un séjour à Rome, au cours duquel il tente de convaincre ses adversaires ; mais en 1616, Galilée, cité devant l'Inquisition, doit renoncer à la théorie de Nicolas Copernic. À Florence, il poursuit ses observations, et, en 1632, il publie en italien son Dialogue concernant les deux principaux systèmes du monde (celui de Claude Ptolémée et celui de Copernic). Le retentissement est tel que Galilée est à nouveau convoqué à Rome par l'Inquisition. Il est condamné pour hérésie et contraint en 1633 d'abjurer à genoux ses opinions. C'est en se relevant qu'il se serait écrié, parlant de la Terre : Eppur si muove (" Et pourtant, elle se meut "). Il passe les neuf dernières années de sa vie en résidence forcée dans une villa près de Florence, où il mourra aveugle. En 1638, il publie ses Discours et démonstrations mathématiques sur deux sciences nouvelles.

Très tôt partisan de la théorie de Copernic, Galilée n'ose exposer ses idées qu'à partir de 1610, lorsque ses propres découvertes sur le système solaire lui apportent la preuve que cette théorie est plus correcte que celle de Ptolémée. De même, les résultats de ses recherches en mécanique contredisent la mécanique aristotélicienne. Les attaques du clergé conservateur et des philosophes scolastiques, qui refusent de prendre en considération ses démonstrations les plus évidentes et parviennent à le faire condamner, font de lui le plus célèbre martyr de la cause scientifique. Sa lutte ne portera ses fruits qu'après sa mort, avec le triomphe de la mécanique newtonienne sur les théories aristotéliciennes.

L'œuvre de Galilée

  En mécanique

Galilée découvre l'isochronisme des oscillations du pendule ; il montre que la vitesse des corps en chute libre ou sur un plan incliné est indépendante de leur masse (dans des conditions où on peut négliger la résistance de l'air), que la pesanteur accélère le mouvement de chute, qu'en l'absence de force motrice ou résistante la vitesse d'un corps est constante, toutes lois qui conduiront à l'énoncé du principe d'inertie, fondamental pour la mécanique théorique ; il montre aussi que les projectiles ont une trajectoire parabolique ; il étudie la composition des forces et la résistance des matériaux dans les constructions.

  En astronomie

l'empêche de réaliser la synthèse de la mécanique céleste et de la mécanique " terrestre " (qui sera l'œuvre de Galilée introduit l'usage de la lunette (qui permet d'analyser la nature des corps célestes) et soutient la théorie héliocentrique de Copernic par ses nombreuses découvertes : existence du relief lunaire, vraie nature de la Voie lactée, phases de Vénus, satellites de Jupiter, anneau de Saturne, taches solaires, rotation du Soleil. Malheureusement, son désintérêt pour l'œuvre de Johannes KeplerIsaac Newton) et d'exploiter complètement ses observations (il reste influencé par l'ancienne conception des orbites célestes circulaires). Par ailleurs, Galilée invente le thermomètre.

Un des aspects fondamentaux de son œuvre est l'association de l'expérience et de l'analyse mathématique, qui ouvre la voie à la physique théorique.

La lunette de Galilée

est le nom donné aujourd'hui aux lunettes terrestres permettant d'obtenir, à l'aide d'un système de lentilles (objectif, oculaire, redresseur), une image à l'endroit d'un objet. Les lunettes utilisées par Galilée étaient constituées d'un objectif convexe et d'un oculaire concave, d'une ouverture de quelques centimètres.